L'ORIGINE DU NOM CRESSY

Publié le par taalou76

Le site de la commune de Cressy est habité depuis fort longtemps car des poteries et des tuiles romaines et gauloises y ont été retrouvées au cours du 19ème siècle.
Mais la première trace écrite mentionnant l'origine du nom Cressy date de l'an 672 lorsque Childéric II, roi d'Austrasie, donne Crisciacum (Cressy) au monastère de Saint-Lantberg rattaché à la puissante abbaye de Fontenelle, aujourd'hui Saint-Wandrille.
Voici au fil du temps les différentes appellations du lieu correspondant aujourd'hui à notre Cressy.
An 845 (Crisciaco), 11ème siècle (Crisseio), 1135 (Crisseium), 1164 (Cresseio), 1179 (Cressi), 1180 (Croiseio), 1195 (Cressie), 1239 (Creissi), 1249 (Crissiacum), 1250 (Crécy-en-Caux), 1260 (Cresseyum), 1261 (Crissy), 1528 (Cressy), 1740 (Creci).
Nous pouvons remarquer que malgré les différences d'appellations, la racine étymologique "Cress" fut toujours présente. Cress est un mot celtique signifiant "crêche" dans le sens de "ferme où l'on élève des troupeaux". Cressy aurait alors très bien pu s'appeller Crêchy!
Une deuxième origine arrivant plus tardivement est basée sur le nom d'un homme gaulois appelé Criscius, signifiant "crêpu" latinisé en Cresciacum.
Donc nous pouvons dire qu'à l'origine le village de Cressy n'était composé que d'une ferme où étaient élevés des animaux. Et c'est cette caractéristique qui a donné le nom à la commune.
La commune a aussi deux hameaux: le Bout-de-Cressy et le Mont-Roty.
Concernant le Bout-de-Cressy, cette appellation apparait officiellement sur les cartes de l'institut géographique national qu'en 1957. Ce nom est donné en raison de sa situation géographique sur le territoire communal.
Pour le Mont-Roty, sa signification est dûe à sa position en hauteur (mont) et à la couleur rouge de la terre en cet endroit (Roty). Pour ce dernier point, l'aridité des lieux est aussi avancée.
Il est à rappeler que ces deux hameaux sont eux aussi très anciens et d'origine gallo-romaine.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article